Carnet de route

le cantal, comme on l'aime !

Le 13/02/2021 par GUIRAUDIE GUY

La partie n'était pas gagnée. Déjà la question de l'enneigement, après le fort vent de sud et le redoux qui allait avec, ainsi que la pluie tombée la veille nous taraudait l'esprit sur les conditions de skiabilité. Ensuite ce brouillard dense qui à Mandaille restait toujours persistant. Et pour couronner le tout la neige lavée par la pluie s'était transformée en une vraie patinoire verglacée, nous obligeant à utiliser les couteaux très rapidement. Finalement en arrivant à Rudez le brouillard laissait place à un large soleil, dévoilant quantité de neige sur le massif et les stigmates d'un platrâge récent sur les hauteurs. La neige verglacée en bas s'est révélée poudreuse plus haut, et les rayons chauffants du soleil ont transformés celle qui persistait à vouloir rester dure. Du sommet du Peyreharse Hélène, Nico, Philippe H, Cyrille, Patrick, Marc et moi-même, après avoir eu la succession de ces questionnements, sommes ravis d'être là, prêt pour la première descente que nous entamons par le large couloir Nord Est pour regagner les pentes Sud Est du même sommet et nous retrouver plus bas au Buron de Rombière où, baigné par le soleil, nous prenons notre repas de 11h46. Il fait très beau et même chaud quand nous remontons au Col des Fours. Cette belle et longue combe, exposée plein Sud, nous mène sur l'autre versant de la crête du Peyreharse où , depuis Les Fours, nous choisissons de descendre vers le Buron d'Eylac. Nous tous, sommes surpris de la qualité poudreuse de la neige que nous soupçonnions plutôt verglacée vue l'exposition Nord des pentes. Du velours, et de haute couture en plus, cette neige légère de quelques centimètres d'épaisseur nous aura donné la banane toute la descente. Mais en bas, problème, gros dilemme ...ce Puy Mary qui nous nargue avec sa pente Sud et les bonnes conditions du moments opposés au timing dicté par le couvre feu de 18h00. Légère concertation pour prendre The décision, qui sera unanime pour le sommet ! Repeautage et changement d'azimut pour l'ascension du maître des lieux. Une heure plus tard nous arrivons à son sommet, place dominante à 360°. La pente en dessous est toujours impressionnante, Patrick doit se demander en son fort intérieur « Mais qu'est ce qu'ils me font faire ???? ». Les peaux rangées dans le sac, les chaussures serrées, les fixations permutées, les blagues diffusées nous attaquons la pente. Toujours ce petit moment d'appréhension avant de péter le premier virage qui dira la skiabilité de la neige et donnera le tempo de la descente. Virages après virages, la pente se dévoile. Tout le monde suit, la neige est bonne et les virages peuvent être bien appuyés pour amorcer les prochains. Une légère croûte vient un tantinet perturber le rythme vers le bas mais le meilleur est fait, déjà nous rejoignons ce qui, l'été, est la route du Pas de Peyrol nous nous laissons glisser sur cet asphalte de neige, croisant des raquétistes médusés, ou envieux (?) jusqu'aux voitures plus bas au grand tournant. Patrick sort la glacière et chacun se sert une bonne bière...rien en dessous de 6°. Un bel accompagnement pour trinquer à cette belle journée.

CLUB ALPIN FRANCAIS DE FIGEAC
OIS - MAISON DES SPORTS
RUE DE LA PINTRE
46100  FIGEAC
Contactez-nous
Tél. 06.89.53.65.24
Permanences :
mardi jeudi 18:30-21:00
Agenda