Carnet de route

NEOUVIELLE, WHAT ELSE !!!

Le 01/04/2021 par GUIRAUDIE GUY

Sortie ce week-end sur trois jours dans le massif du Néouvielle. La petite alliance avec le CAF Cerdagne vient gonfler le groupe à dix personnes : Côté Figeac, Hélène, Nico, Patrick, Philippe H, Philippe N, Ghislain (le Benjamin) et moi-même. Côté Cerdan (rien à voir avec Marcel !) j'ai nommé Philippe V (chef), Jean Pierre et Monique (la doyenne). Le groupe paré pour un mini raid de 3 jours en autonomie (synonyme=poids !) débute par un portage sur le bas de la station d'Espiaube, fermée comme toutes les autres, point de départ et d'arrivée de la dite escapade. Après une première montée au col de Terre Nère nous descendons sur le lac de l'Oule, puis portage des skis à nouveau le long de son lit jusqu'à la petite cabane de la Lude pour remonter ensuite au col d'Aumar par un cheminement incertain à travers bois et éboulis d'avalanche. Partie éprouvante pour tous, qui nous fait apprécier la pause sur des rochers plus haut vers les lacs d'Anglade. Une déambulation bucolique au dessus du vallon d'Estibère nous mène au col d'Aumar (j'arrive !) d'où la belle vue nous permet d'admirer le Néouvielle toujours majestueux. La descente dans la neige transformée nous fait oublier la bavante endurée tantôt, nous glissons sur nos planches jusqu'au lac d'Aumar que nous traversons sur sa surface gelé en pas-du-patineur pour certains et façon canard pour d'autres. Vers 15h nous arrivons au refuge d'Aubert. Là (et un peu las), nous déballons le matériel de cuisine, de couchage, la bouffe , organisons le séchage des peaux et profitons du reste de cette après-midi ensoleillée.
Le lendemain azimut sur le Néouvielle. C'est dans un épais brouillard que nous démarrons, nous aidant d'anciennes traces validées par le tracé GPS nous progressons sans aucun horizon. Plus haut, au passage délicat bien connu, les brumes se déchirent par intermittence, ce qui laisse augurer une belle journée. La banane revient sur les visages inquiets. À partir de là, c'est bien plus sereinement que se poursuit l'ascension au gré des vallons et croupes avant d'arriver à la partie raide sous le sommet qui nous mène au col. Nous troquons ici nos skis contre nos crampons qui s'avèrent indispensables jusqu'au sommet où une petite arête, mêlée de rochers et de neige dure, nous mène. Le sommet...3091m...un panorama d'exception et une dizaine de sourires sur ces quelques mètres carrés. La mer de nuages en dessous laisse apparaître des îlots de montagnes accentuant la sensation d'altitude et d'isolement. Après avoir bien profité de ce majestueux point de vue, fait tous quelques clichés, nous rejoignons les skis plus bas, nous restaurant en échangeant avec les randonneurs qui nous précédaient, sans oublier de dire bonjour (clin d’œil!). La première partie de la descente sollicitera nos cuissots dans une neige trafolée et chargée de traces. La deuxième partie, sur une neige bien transformée de par son exposition, ne sera que du bonheur jusqu'au bord du lac d'Aubert, qu'au rythme d'un skating plus ou moins esthétique nous traversons. Retour au refuge où nous nous restaurons plus sérieusement, pour ensuite refaire les sacs et rejoindre plus bas le refuge d'hiver de l'hôtel d'Orédon où nous espérons pouvoir dormir à 10 dans un 8 places ! Le cheminement de descente à travers les Laquettes continue à nous en mettre plein la vue, nostalgiques et fiers nous jetons sans cesse un coup d'œil en arrière vers ce Néouvielle qui sera la cerise sur le gâteau de ce week-end. Une heure trente plus tard le refuge d'hiver nous accueille, bon c'est petit ! Grâce à l'ingéniosité de Nico, les yeux fouilleurs des uns et les bras des autres une grande table avec des bancs de fortune sont dressés sur la grande terrasse de l'hôtel fermé. Hélène dispensera un cours de "strètechïngue" suivi par tous dans cet écrin de nature baigné d'un soleil généreux. Le repas du soir sera un moment de grande convivialité et malgré la petitesse du logement, et grâce à une bonne organisation de chacun nous passons une agréable nuit. Sans que nous ne nous en rendions compte, cette nuit il nous a été volé une heure de temps ! Nous chaussons les skis cinquante mètres au dessus du refuge pour trouver la neige et monter tout droit le long d'un talweg pour rejoindre le col d'Estoudou. Malgré la raideur de la pente nous cheminons dans ces bois éparses, sans aucun échauffement musculaire préalable. Du col nous apercevons le Soum de Monpelat, petit belvédère entre le lac d'Orédon et le lac de l'Oule. Sans transition, autre que celle d'avaler deux/trois fruits secs, nous gravissons les deux cents derniers mètres de dénivelé pour arriver à ce petit sommet sans prétention qui offre un joli panorama sur le massif. La neige a transformé dans ses pentes Est, et c'est avec un bonheur certain que nous skions virage après virage, de croupes en combes, jusqu'à rejoindre le passage scabreux de l'avant veille, stigmate d'une ancienne avalanche. Les skis fixés sur les sacs la descente sera moins exigeante que la montée. Au bord du lac de l'Oule, impressionnament bas, nos amis catalans se séparent de nous pressés par le couvre feu de 19h. Pour nous aussi le temps est compté. Accolades, serrage de pognes, bises, au diable le protocole sanitaire ! Le retour devient une course contre le temps, et sûrement dans la précipitation je glisse sur un cailloux en traversant un ruisseau plus haut sur la station et inonde mes chaussures. Moment de fraîcheur intense sous le soleil lourd, le flip-flop m'accompagnera jusqu'à la voiture. Arrivé au col de Terre-Nère nous enlevons nos peaux pour l'ultime descente. Dans ce vallon Sud-est la neige est bien transformée maintenant, et seules les parties non skiées (il en reste !) nous offrent les plaisirs de la glisse. Plutôt que de prendre l'itinéraire de montée qui nous obligerait un dernier portage, nous prenons celui de liaison qui ramène directement à Espiaube. À la voiture Hélène et Patrick, prévoyants, nous régalent de bières pour pallier à la fermeture des bars. Dernier toast du week-end, quel week-end !!!
 

CLUB ALPIN FRANCAIS DE FIGEAC
OIS - MAISON DES SPORTS
RUE DE LA PINTRE
46100  FIGEAC
Contactez-nous
Tél. 06.89.53.65.24
Permanences :
mardi jeudi 18:30-21:00