Carnet de route

Les touristes - Le retour

Le 22/07/2015 par Muriel Delmas

Nous revoilà, pour l'ultime étape de ce voyage.

 

Des plaines et steppes de l'Anatolie, nous sommes passés aux montagnes du Kurdistan turc. Petit à petit, en cheminant vers l'est, les pistes se sont faites plus dures et les habitants plus rares.

Et inversement, l'accueil encore plus chaleureux. Toujours le thé pour toute occasion.

Nous avons quitté l'est et la frontière avec l'Arménie, pour passer celle avec la Géorgie. Donc au nord est, montagnes et climat subtropical: de la pluie et du soleil tous les jours. La végétation s'en ressent: agrumes, champs de thé, noisetiers, pommiers, poiriers, il y a de tout. Les cuisses aussi se durcissent. On enchaine les cols et les côtes. Et puis voilà la mer Noire. Bon pas top, du béton partout, mais ce n'est qu'un bref mauvais souvenir, qui s'efface devant notre passage de la frontière géorgienne. Et là tout change: au bout de 25km à vélo, nous nous rendons compte que la voiture est la reine de la route! Conduite insensée, la mort à chaque tournant. A côté, les turcs font figure de débutants.

On décide de remiser les vélos et de continuer en train et en bus. Le pays est mystérieux et nous est totalement inconu. La mer à l'est et ses plages de galets (pour situer, la Russie est au nord et pas loin Sochi et ses JO); les plaines au centre; les montagnes au nord, randos superbes et le vrai toit de l'Europe, à plus de 5000m (n'en déplaise aux cafistes alpins); les steppes à l'infini à l'est-sud est, avec les frontières de l'Azerbaïdjan.

Partout des églises ( orthodoxes NDLR) datant des début de l'ère chrétienne, des monastères perdus, et des paysages vierges. Il y a de quoi randonner à gogo (n'est-ce pas Dédé?).

Mais la Géorgie peine à se développer, manque d'infrastructures, manque d'argent, population en chute libre, Russie qui se presse à ses frontières (ça rappelle quelque chose). Pays à découvrir pour les amoureux de nature et de veilles pierres.

Et puis retour pour nous en Turquie, en train + bus. Et on repédale. Et on a chaud, très chaud! Nous sommes repartis de Pamukkale, sud est pour arriver jusqu'à la mer Méditerranée, à Dalyan.

Dur, dur, ça nous a couté des litres et des litres d'eau. Paysage sec mais superbe. Et en passant, les sites de Hiérapolis et Aphrodisias.

Résultat: 1400km de vélo. Les enfant sont fiers, et nous aussi. Maintenant, on bulle, baignade et farniente en attendant le retour début août. Quant aux vélos, ils vont retrouver une vie plus tranquille puisque il resteront dans leur pays d'origine, un hôte de passage étant tombé amoureux de nos fidèles VTT.

Voilà, tout s'est bien passé, nous aurons l'occasion d'en reparler bien sûr. Expérience magnifique, et si c'était à refaire, on y reviendrait tous!

A bientôt,

Philippe Muriel, Margot et Louison. 







CLUB ALPIN FRANCAIS DE FIGEAC
OIS - MAISON DES SPORTS
RUE DE LA PINTRE
46100  FIGEAC
Contactez-nous
Tél. 05.65.34.00.28
Permanences :
mardi jeudi 18:30-21:00
Agenda